Fête Européenne du Camping-Car 2008 - Lac de Madine

 
Galerie photos FECC 2008
Camping-Car Magazine

 10e Fête Européenne du Camping-Car

La 10e Fête européenne du camping-car s’est déroulée à guichets fermés dans la Meuse entre le 29 mai et le 1er juin.

Retour en images sur un événement à nul autre pareil, qui a réuni quelque 1 500 équipages sur les berges du lac de Madine.

Pour sa dixième édition, la Fête européenne du camping-car (les habitués disent tout simplement “LA Fête”) ne pouvait bénéficier d’un cadre plus somptueux. Le lac de Madine représente en effet le rêve de tout camping-cariste en mal de grands espaces : l’eau, la nature, le calme... Et dire que certains vont jusqu’en Amérique pour découvrir ce qu’ils ont à leur portée, au cœur de la Lorraine ! Avec ses 45 kilomètres de rives sinueuses et boisées, le lac de Madine est tout simplement la plus vaste zone de loisirs de l’est de la France.

Car il s’en est passé, des choses, durant ces quatre jours, à commencer par les apéritifs géants, offerts par les partenaires de la Fête (France Passion et Viaxel) et servis par des équipes mêlant les bénévoles lorrains (en particulier les énergiques membres du Camping-car Club de l’Est), et les troupes de Camping-Car Magazine. Entre le championnat de pétanque organisé par Fiat et le concours de déguisements primé par Thellier Voyages, certains ont eu à peine le temps de faire le tour du lac à vélo ou en calèche. Car, outre la zone expo, il fallait quand même visiter le Forum des grands voyageurs, simplement pour rêver ou pour glaner quelques conseils auprès des globe-trotters qui avaient fait le déplacement avant de repartir pour leurs aventures en Islande, au Chili ou sur les Routes de la Soie. Au passage, beaucoup ont pris le temps de siroter un verre de thé sous la tente mauritanienne, tout en se laissant envoûter par les images du désert africain. A Madine, on pouvait prendre une sacrée leçon de géographie. Et aussi un cours d’histoire, grâce à une cohorte de légionnaires romains en manœuvres, à des bateleurs de foires médiévales et à quelques autres personnages hauts en couleurs.

Le soir venu, le chapiteau blanc, amarré comme un paquebot au bord de l’eau, faisait le plein. Mais on pouvait rester dehors pour suivre les spectacles sur écran géant et pour guincher sous les étoiles. Les shows étaient dignes de Vegas et de Broadway : Bürstner nous a offert la nouvelle prestation du groupe Talon Rouge qui nous avait enchantés à Aurillac. Annie Cordy, plus jazzy que jamais, nous a redonné un bon coup de jeune en ajoutant à son répertoire un tube de Jonasz. En guise d’apothéose, le feu d’artifice a mis le feu au lac. Et quand le grand chiffre 10 s’est éteint dans la nuit, tout le monde a compris que cette dixième fête venait de passer très vite. Trop vite. Alors avant de se quitter, on s’est donné rendez-vous pour la onzième.

Auteur