Périple en Espagne et Portugal en juin 2010

 

De Cugand (France) à Lisboa (Portugal)

Date de départ 
Avril 2010
Date d'arrivée 
Avril 2010
Auteur 
Yvonounet
Mon Camping-car 
PILOTE Reference
Mon équipage 
Mon couple
Carnet de voyage Périple en Espagne et Portugal en juin 2010
Yvonounet

Départ : 24 mai 2010 :

De Cugand, première étape en passant par Niort, Rochefort et en empruntant le bac qui franchit l'estuaire de la Gironde de Royan à la Pointe de Grave. Séjour à Andernos au bord du lac d'Arcachon dans l'aire ombragée du port hortéicole. Visite de cette jolie petite station balnéaire encore peu surpeuplée en cette saison.

Seconde étape à Oloron-Sainte-Marie avant de franchir les Pyrénées par le col du Somport en direction de Pamplona par une route nationale sinueuse et fort jolie en de nombreux endroits. A Pamplona nous séjournons dans un camping plutôt moyen à 7 kilomètres du centre ville où l'on peut se rendre en vélo par une piste cyclable agréable longeant une rivière. La ville est animée, mérite d'être visitée mais ne mérite pas forcément le voyage.

Etape suivante : Burgos, en prenant la route nationale passant par Logrono, route qui longe ou croise souvent le "Camino francès", chemin de Santiago de Compostelle très fréquenté par des pélerins ou des randonneurs cherchant à profiter des avantages d'hébergement offerts aux étapes. Séjour dans un camping ombragé de Burgos duquel on peut se rendre dans la ville elle-même par une piste cyclable ombragée longeant la rivière (3 km). Burgos est une ville très agréable et mérite vraiment une visite approfondie. Sa cathédrale notamment est magnifique, sans doute plus belle encore que celle d'Albi. La tombe du Cid et de Chimène en est bien sûr un des points d'intérêts touristique. La Chartreuse de Miraflorès mérite la visite mais le monastère de Las Huelgas et ses surveillants omni présents est peut être évité.

Après Burgos, direction Segovia par la nationale qui franchit une région mi boisée mi semi désertique au profil de montagne russe. C'est le plaisir des grands espaces semi-arides qui commence.

A Segovia, séjour dans un camping situé à 2 kmm du centre rendu très accessible par le passage d'un bus à proximité tous les 15 ou 20 minutes. Segovia est aussi une très agréable ville dotée d'un aqueduc romain de 730 m qui traverse la ville et est encore en excellent état. La ville, sur un flanc de colline est agréable à visiter avec une belle vue sur la campagne environnante à partir du quartier de l'Alcazar.

Nous quittons ensuite Ségovia pour Toledo en visitant au passage Avila dont les remparts sont exceptionnels. C'est une ville qui mérite la visite et il est possible de passer la nuit sur un grand parking dans la bas de ville à proximité des remparts et d'un commissariat de police. Tranquillité assurée pour la nuit...et même le jour. Le lendemain, direction Toledo. Ce fut une erreur. Ce que nous ne savions pas c'est que la période de la Fête-Dieu donne lieu à une fête musicale de 10 jours de nuit comme de jour et que le camping que nous avions choisi (il y en a 2) est situé à 500 m à vol d'oiseau des baffles des orchestres et chanteurs qui se succèdent. Impossibilité de dormir assurée. Nous parvenons néanmoins à dormir un peu en mettant notre camping-car sur le parking extérieur, intercalant entre nous et la fête le batiment de la réception et le restaurant du camping.

Dès le lendemain, sous une forte chaleur, nous repartons en direction de Cacéres et traversons cette magifique région de l'est espagnol avec ses plantations d'oliviers puis ses immenses patûrages semi-arides, longeant parfois des immensités de champs de panneaux solaires. Nous y trouvons de grandes ressemblances avec la traversée du Nouveau Mexique en venant de l'Arizona.

Caceres mérite d'être mieux connue, peu de touristes s'y arrêtent emportés dans leur élan vers le sud. C'est une ville fortifiée très ancienne et au premier abord un peu austère mais qui a gardé tout son mode de vie espagnol et est, de ce fait, plus caractéristique que les autres villes d'Espagne. On y rencontre peu de tous ces objets touristiques faits en Chine. Elle est par ailleurs le paradis des cigognes que l'on trouve sur tous les toits. Sa Cathédrale mérite aussi la visite. Nous y avons séjourné au camping municipal qui a l'originalité d'avoir, pour chaque emplacement, un batiment en dur contenant les WC et la salle d'eau avec douche. Ce doit être le seul cas en Europe.

Ensuite, direction Evora au Portugal. Nous empruntons les très jolies départementales qui mènent à cette ville typiquement portugaise par le chemin le plus court passant par La Roca de la Sierra, Badajoz et Redonde. Séjour très agréable dans cette petite ville qui a gardé tout son charme et n'est pas parsemée de constructions modernes. Plus qu'ailleurs au Portugal, on a le sentiment de respirer la civilisation portugaise. Les touristes y sont surtout hollandais, anglais et allemands, les Français allant plutôt sur la côte et dans l'Algarve.

Après 3 jours nous repartons vers Lisboa et son camping en passant par les départementales. L'arrivée sur la ville par le nord est une succession d'autoroutes et de toboggans qui se croisent avec beaucoup de circulation. Nous y vivons un moment difficile d'autant que la route à 4 voies menant au camping est fermée et que le GPS s'évertue à vouloir nous ramener en permanence sur celle-ci. Nous choisissons de sortir de ces autoroutes pour aller "au pif" vers l'est de manière à forcer le GPS à nous ramener vers le camping par les petites rues de la banlieue.

Le camping de Lisboa, situé dans un parc est intéressant parce que desservi par une ligne de bus vers le centre ville mais a l'inconvénient d'être un peu bruyant car entouré par des autoroutes. En demandant un emplacement vers le haut du camping le bruit ne devient plus problèmatique.

Lisboa est bien entendu une très belle ville avec des monuments incontournables et la ballade en électricos (anciens tramways) ou à pied dans le quartier d'Alfama est un régal ainsi que les petits restaurants ou la manière dont les Lisboètes évacuent en un temps record une voiture en panne dans ces ruelles très étroites. Un seul regret : la visite de la Torre de Belem dont la visite intérieure, onéreuse, frôle l'escroquerie tellement il n'y a rien à voir. La vue de l'extérieur vaut le coup mais il n'est absolument pas nécessaiire d'y rentrer.

En prenant le train, viste à Sintra qui mérite aussi le déplacement de par sa situation dans les montagnes et la visite de son palais royal austère mais où les azulejos et les cheminées des cuisines valent la visite.

Poursuite du voyage pour un séjour à Alcobaça en remontant vers le nord. Nous visitons au passage la très jolie mais très touristique petite ville d'Obidos. Alcobaça mérite 3 ou 4 jours de visite. Outre son magnifique monastère Santa Maria, la ville, petite mais agréable, est charmante et de petits restaurants sont excellents. On peut y déguster d'extraordinaires portos à des prix relativement accessibles. Nous prenons aussi le bus pour aller passer une journée à Nazaré, Port de pêche et station balnéaire, typique pour une partie, venteuse le jour de notre visite. De nombreuses chambres à la location sont proposées par des particuliers.

Nous continuons ensuite notre pérégrination vers le nord puis l'est en passant par Batalha, monument national portugais situé à l'intérieur d'un splendide monastère. En tant que Français, avec en tête l'Arc de Triomphe, il est surprenant de découvrir ce monument dans une toute petite ville et à l'intérieur d'un cloitre, les soldats qui ne sont pas de garde venant s'asseoir dans l'église avec leurs armes en attendant leur heure de relève.

Sur notre route de retour vers l'Espagne, nous séjournons dans un endroit superbe trouvé par hasard au bord d'un lac. L'endroit s'appelle Nuestra Senhora de Ribeira, dépaysement et tranquillité assurés. Le lieu est uniquement connu des gens du coin et un petit restaurant à proximité permet le cas échéant de se sustanter. Contrairement à ce qui figure sur les cartes, il n'y a pas de camping à Comba Dao.

Retour en Espagne en séjournant à Ciudad Rodrigo. La route traversant le Portugal est très pittoresque et montagneuse, verdoyante dans sa partie portugaise et de plus en plus sèche au fur et à mesure que l'on se rapproche de l'Espagne.

Ciudad est une jolie ville pittoresque peu fréquentée par les touristes mais qui pourtant mérite le détour. Il est dommage que la plupart préfèrent abattre le plus rapidement les kilomètres entre la côte portugaise et la frontière française. Mais, après tout, tant mieux pour ceux qui prennent le temps de visiter autre chose que les lieux communs.

Cette remarque est d'autant plus vrie pour la ville suivante que nous visitons :Salamanca.

Salamanca, où nous séjournons dans l'un des deux campings est une ville magnifique tant par l'architecture générale de la ville que par la qualité de ses monuments, l'originalité de son université médiévale, le charme et la convivialité de sa Plaza Mayor. Comme finalement peu d'étrangers y séjournent c'est un grand plaisir de s'immerger dans la vie de ces Salamancais qui, surtout le week-end, envahissent la Plaza Mayor pour y déambuler, se restaurer sur les nombreuses tables des terrasses ou déguster d'excellentes glaces d'un glacier local réputé.C'est une ville qui mérite bien 3 ou 4 jours de séjour.

Après ce séjour très apprécié retour vers la France et Saint-Jean-Pied-de -port en passant par le Port d'Ibaneta. Séjour de 48 heures dans ce village typique sur l'aire brûlante du parking de la piscine, certes proche du centre village mais qui n'est qu'un parking payant pour camping-cars.

Retour enfin à notre point de départ en séjournant 48 heures à Royan.

De notre voyage nous ramenons de très beaux souvenirs et de très belles images. Nous avons quelques regrets sur l'accueil fait en général en Espagne, presque un accueil à la française. C'est à dire assez peu souriant et très mercantile. Pourtant nous n'étions pas dans des régions ultra touristiques comme la Costa Brava. Par contre, nous avons très apprécié l'accueil des Portugais toujours empreints de sourires, prêts à rendre service. On sent des gens travailleurs, posés et respectueux. Un peu moins à Lisboa bien sûr, mais le ressenti gébéral est très positif.

Retour : 6 juillet 2010

NOUS VOUS RECOMMANDONS

Communauté camping-car

Recherchez un carnet de voyage en sélectionnant au moins un critère
Durée du voyage