La Bretagne nord : de l’iode à revendre

De Tréguier à Morlaix, landes, vallons et littoral, manoirs, mégalithes, édifices religieux, ports et stations balnéaires, s’inscrivent dans un cadre naturel, sauvage et souvent spectaculaire. Un itinéraire breton pour les camping-caristes en mal de mer…

  • © Nicolas Moreau-Delacquis
  • Perros-Guirec © Nicolas Moreau-Delacquis
  • Perros-Guirec © Nicolas Moreau-Delacquis
  • Ploumanach © Nicolas Moreau-Delacquis
  • Ploumanach © Nicolas Moreau-Delacquis
  • Ploumanach © Nicolas Moreau-Delacquis
  • Lannion © Nicolas Moreau-Delacquis
  • Lannion © Nicolas Moreau-Delacquis
  • Locquirec © Nicolas Moreau-Delacquis
  • Morlaix © Nicolas Moreau-Delacquis
  • Morlaix © Nicolas Moreau-Delacquis
© Nicolas Moreau-Delacquis
Perros-Guirec © Nicolas Moreau-Delacquis
Perros-Guirec © Nicolas Moreau-Delacquis
Ploumanach © Nicolas Moreau-Delacquis
Ploumanach © Nicolas Moreau-Delacquis
Ploumanach © Nicolas Moreau-Delacquis
Lannion © Nicolas Moreau-Delacquis
Lannion © Nicolas Moreau-Delacquis
Locquirec © Nicolas Moreau-Delacquis
Morlaix © Nicolas Moreau-Delacquis
Morlaix © Nicolas Moreau-Delacquis

Dans les Côtes-d’Armor, à une quinzaine de kilomètres à l’ouest de Paimpol, Tréguier, la capitale du Trégor, se niche à la confluence du Jaudy et du Guindy. Cette Petite cité de caractère est l’une des sept étapes du Tro Breizh (“tour de Bretagne”) saluant, ici, la mémoire de saint Tugdual. L’essor a été lié aux activités portuaires, mais aussi à la présence d’institutions et congrégations religieuses encore debout. Le cloître et la magistrale cathédrale datent du Moyen Age. On y cultive aussi le souvenir de célèbres écrivains comme Ernest Renan ou Anatole Le Braz, qui venait y passer ses vacances.

En contrebas, la passerelle suspendue Saint-François dévoile les méandres sauvages du Guindy. Une première boucle remonte le cours du Jaudy jusqu’aux attachantes venelles féodales de la colline de La Roche-Derrien. Superbe vue d’ensemble depuis la chapelle du Calvaire. De belles demeures à pans de bois colorés (XVe-XVIIe siècles) rappellent la prospérité liée au lin et aux ardoises. L’église romano-gothique Sainte-Catherine conserve ses fortifications.

Une dizaine de kilomètres plus loin, sur les rives du Trieux, la cité fleurie de Pontrieux doit son surnom “Venise du Trégor” à ses 50 lavoirs de tous styles. En aval du fleuve, se dresse l’exceptionnel château de la Roche-Jagu. Puis via Pleudaniel, voici les bâtisses en granit rose de Lézardrieux, groupées autour de l’église au clocher-mur typique du Trégor. En contrebas, le port offre un abri sûr en eau profonde et un grand pont à haubans permet de rallier rapidement Paimpol.

Rive gauche, on poursuit la route du pittoresque estuaire du Trieux qui s’élargit, avec un arrêt à la chapelle Saint-Maudez du village fleuri de Kermouster. Magnifiques vues sur l’archipel de Bréhat qui se détache de l’autre côté de la baie de Pommelin, animée de parcs à huîtres. Tandis qu’au bout de la presqu’île de Pen Lann, des chercheurs étudient les vertus et la valorisation des algues marines, on découvre le charme sauvage et naturel du Sillon de Talbert. A Pleubian, le manoir de Launay abrite un musée des forteresses volantes, consacré aux bombardiers américains. En passant par les jardins de Kerdalo (18 hectares) de Trédarzec, retour à Tréguier par le pont panoramique Canada.

Côtes écorchées

Cap au nord à présent, par le pont Noir, pour rallier la pointe du Château, en passant par Plougrescant et la chapelle Saint-Gonéry à la curieuse flèche penchée. Sur le littoral, c’est le début des spectaculaires découpes de la Côte de Granit rose, avec une multitude de gouffres, d’îlots et de récifs, fouettés par l’écume du ressac. Sculptés par l’érosion, les rochers adoptent des formes singulières, sur lesquels s’accroche l’habitat, comme le site de Castel Meur et Porz-Hir. Une myriade d’îles est proche du rivage autour du moulin à marée de Buguélès. Passé les dunes de Port-Blanc et la plage de sable fin de Trestel, on traverse Trévou-Tréguignec avec, au large, la sentinelle de l’île Tomé.image

image
© Nicolas Moreau-Delacquis

Par Louannec, c’est l’arrivée dans la grande station balnéaire de Perros-Guirec, aux villas remarquables accrochées aux corniches, parées d’une végétation luxuriante, dont les hortensias en vedette. Après le sémaphore, le parc des sculptures du Symposium rassemble une vingtaine d’œuvres contemporaines monumentales en granit. Toujours aussi grandiose, le front de mer alterne les criques et les falaises panoramiques, les landes de bruyère et d’ajoncs, avec le site enchanteur de Ploumanac’h. Classé Village préféré des Français en 2015, le petit port naturel est enchâssé dans un chaos rocheux ponctué de moulins à marée et veillé par la chapelle Saint-Guirec, dédiée aux marins. Un petit oratoire légendaire est accessible à marée basse. Le Sentier des Douaniers dévoile en 8 km toutes ces merveilles, avec un arrêt à la Maison du Littoral, pour comprendre l’origine et la protection des lieux. Dans les terres, la profonde vallée des Traouïero mêle grottes, chaos granitique, épaisse couverture boisée… plus d’une cinquantaine d’espèces végétales.

La route suit plus ou moins fidèlement les découpes côtières vers Trégastel et Trébeurden. Un pont relie le continent à l’Ile-Grande, où d’anciennes carrières de granit bleu et gris ont servi à l’embellissement de nombreux monuments parisiens, ou encore du viaduc de Morlaix. Dunes et marais y procurent un refuge ornithologique. Pas très loin des menhirs de Saint-Uzec et de Saint-Samson, on aperçoit le Radôme blanc de Pleumeur-Bodou. Le climat est propice à de grandes cultures d’artichauts. Après le panorama de la pointe de Bihit, cap vers Lannion qui s’est développé autour de son port, avec encore nombre de maisons à pans de bois, des couvents et des manoirs. En haut d’un escalier typique de 142 marches, l’église de Brélévenez (XIIe-XVe siècles) offre un beau regard sur la ville en contrebas.

D'une rive à l'autre

Suivant désormais la rive sud de l’estuaire du Léguer, en passant par le site historique du Yaudet, on retrouve la mer à la pointe de Séhar. Au fond de la baie de Saint-Michel-en-Grève, le Grand Rocher émerge d’une forêt (60 hectares), avec deux sentiers pour découvrir au sommet une vue idyllique. Saint-Efflam compte de ravissantes villas balnéaires, tout comme sur le pourtour de la pointe de l’Armorique, tous deux à Plestin-les-Grèves, avec aussi les importants vestiges des thermes gallo-­romains du Logolo (Ier siècle). Le pont sur le Douron marque l’entrée dans le département du Finistère (29) pour rejoindre Locquirec, avec un enchaînement pittoresque de falaises et de plages sauvages, ourlées de sables blancs. A l’entrée de la vallée des Moulins, Saint-Jean-du-Doigt possède une église flamboyante, un enclos paroissial, une fontaine monumentale, rappelant l’important pèlerinage médiéval pour observer des reliques de saint Jean-Baptiste. Une pause à la pointe de Primel de Plougasnou, avant d’atteindre l’entrée de la vaste baie de Morlaix et le cairn préhistorique de Barnénez.

© Nicolas Moreau-Delacquis

De Plouezoc’h, on plonge vers les superbes quais du Dourduff. Sur les hauteurs de Ploujean, le manoir de Suscino, ancienne propriété du corsaire puis amiral Charles Cornic, recèle un agréable parc botanique. En remontant la rivière, voici le port de plaisance de Morlaix, avec la silhouette du viaduc ferroviaire, qui depuis 1863 sur près de 300 m, traverse le centre-ville à 58 m de hauteur au moyen de quatorze grandes arches. A son pied, se trouve l’église Sainte-Melaine de style gothique flamboyant (XVe-XVIe siècles). Après 260 ans d’activité, les prestigieux bâtiments de l’Ancienne Manufacture des tabacs sont reconvertis en pôle culturel. Des demeures cossues à colombages rappellent l’âge d’or du commerce des toiles de lin, incitant à séjourner davantage.

 

Par Nicolas Moreau-Delacquis

Nous vous recommandons

Actualités

Vos commentaires