Le contrôle technique des camping-cars plus sévère dès le 20 mai 2018

À compter du 20 mai prochain, le contrôle technique des véhicules de tourisme, dont les camping-cars de moins de 3,5 tonnes, se montrera beaucoup plus pointilleux.

  • Contrôle technique des biellettes de direction. © C.Conche
  • Contrôle technique des rotules du train avant. © C.Conche
  • Contrôle technique des écoulements de fluide sous châssis. © C.Conche
  • Contrôle technique du système de freinage sur banc à rouleaux. © C.Conche
  • Contrôle technique de l'éclairage avant et de la hauteur du faisceau. © C.Conche
Contrôle technique des biellettes de direction. © C.Conche
Contrôle technique des rotules du train avant. © C.Conche
Contrôle technique des écoulements de fluide sous châssis. © C.Conche
Contrôle technique du système de freinage sur banc à rouleaux. © C.Conche
Contrôle technique de l'éclairage avant et de la hauteur du faisceau. © C.Conche

Afin d'appliquer une directive européenne votée en 2014, les centres de contrôles français s’apprêtent à mettre en place de nouvelles règles lors de l’examen d’un véhicule âgé de plus de quatre ans.

De 124 actuellement, on passera à 132 points contrôlés (soit 8 de plus seulement). Mais de 453, le chiffre passera à 606 défaillances possibles.

 

Les défaillances seront classées selon trois critères (contre deux auparavant). Un contrôleur sera amené à distinguer des défaillances mineures, majeures et critiques.

- Les défaillances mineures (au nombre de 139), tel un panneau de carrosserie abîmé, ne donneront lieu à aucune contre-visite.

- Les défaillances majeures (au nombre de 340), tels des écoulements de fluides, ne laisseront que deux mois (comme actuellement) au propriétaire pour effectuer les réparations nécessaires.

- En cas de défaillances critiques (au nombre de 127), comme des pneus lisses ou des freins cassés, le véhicule ne pourra circuler que le reste de la journée (le temps de rentrer à son domicile ou d’aller effectuer la réparation demandée). Au-delà, le véhicule aura interdiction de rouler sous peine d’une amende de 135 €. Pour soumettre le véhicule à une contre-visite, le délai sera de deux mois maximum.

Un contrôle prenant habituellement une trentaine de minutes, il en faudra une quinzaine de plus entre les vérifications et les formalités administratives supplémentaires. Son tarif subira donc une augmentation d’au moins 10 €, suivant le centre choisi (6 300 agréés dans l’Hexagone).

Rendez-vous dans le n°307 de Camping-Car Magazine pour tout savoir sur le nouveau contrôle technique 2018.

Pour plus d’infos : www.utac-otc.com

 

Nous vous recommandons

Actualités

Vos commentaires