ZFE et Vignette Crit’Air : les camping-cars bientôt bannis ?

La délibération a eu lieu ce mardi 1er décembre, lors de la séance publique du Conseil de la Métropole du Grand Paris : les véhicules "Crit’Air 4" bénéficieront d’un délai de six mois avant d’être bannis de la Région parisienne. L’occasion de faire un point plus global sur ces fameuses ZFE, Zones à Faibles Emissions, et leurs restrictions.

  • © Laurent Lacoste

ZAPA, ZBE, ZCR, ZFE et dorénavant ZFE-m (pour mobilité...). Vous avez forcément déjà entendu l’un de ces acronymes. Ils se sont succédés depuis 2010 et la loi dite Grenelle 2 et définissent peu ou prou la même chose, à savoir une zone où la circulation est interdite aux véhicules dits polluants (comprenez anciens) afin de préserver le qualité de l’air. Pour simplifier, nous utiliserons ZFE (Zone à Faibles Emissions). Pour pouvoir s’aventurer dans ces zones, il faut apposer la vignette Crit’Air (disponible ici), apparue en 2016, sur son pare-brise. Précisons qu’en dehors des ZFE, cette dernière n’est absolument pas obligatoire.

 

Son barème comporte sept niveaux :

 

 

 

 

 

A ce jour, quatre ZFE sont actives et chacune a ses propres règles :

 

- Paris (intérieur du périphérique)

Restrictions de circulation du lundi au vendredi de 8 h à 20 h (sauf poids lourds qui sont également interdits le week-end) pour les véhicules Crit’Air 4, 5 et non classés (donc camping-cars diesel avant 2006 ou 2007 si essence). Les Crit’Air 3 seront bannis en 2022, les Crit’Air 2 diesel en 2024, et l’ensemble des véhicule non électriques ou à hydrogène en 2030.

Pour l’heure, les véhicules Crit’Air 5 (CC entre1997 et 2000) sont encore acceptés dans les bois de Boulogne et de Vincennes, ainsi que sur le boulevard périphérique.

 

- Métropole du Grand Paris (intérieur A86*)

Restrictions identiques à Paris, mais Crit’Air 4 encore autorisées jusqu’au 1er juin prochain.

*Une vingtaine de communes n’a pas encore officialisé leur appartenance à la ZFE (carte).

 

- Grenoble-Alpes Métropole (une vingtaine de communes, liste ici)

Restrictions ne concernant que les utilitaires légers et poids lourds Crit’Air 4, 5 et non classés, 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24. Elles seront élargies aux utilitaires Crit’air 3 en 2022 et Crit’Air 2 en 2025. Cependant, quelques axes majeurs ne sont pas concernés (autoroutes, nationales, voir ici).

 

- Grand Lyon (Lyon, Caluire-&-Cuire ainsi que les parties de Villeurbanne, Bron et Vénissieux situées à l’intérieur du périphérique)

Mêmes restrictions qu’à Grenoble. Dès le 1er janvier 2021, les utilitaires légers Crti’Air 3 seront également bannis.

 

Pour l’heure, la grande majorité des camping-caristes, qui ont plutôt tendance à fuir les grandes agglomérations, ne sont pas trop concernés puisque seules Paris et la Métropole du Grand Paris ont pris des mesures à l’encontre des véhicules particuliers, mais les choses pourraient changer.

Un décret pour obliger certaines métropoles à passer en ZFE

En effet, à Lyon, le maire écologiste Bruno Bernard a annoncé vouloir bannir le diesel de la ville d'ici à la fin de son mandat, soit avant 2026, tout en étendant la superficie de la ZFE. Du côté du gouvernement, on trouve également que les chose ne vont pas assez vite. Le 17 novembre dernier, Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique et Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué chargé des Transport, ont annoncé la publication d'un décret obligeant les métropoles les plus polluées à mettre en place des ZFE-m dès l’année prochaine : celles d’Aix-Marseille-Provence, de Nice-Côte d’Azur, de Toulon-Provence-Méditerranée, de Toulouse Métropole, de Montpellier-Méditerrannée Métropole, d’Eurométropole de Strasbourg et de métropole Rouen-Normandie, des destinations nettement plus courues des camping-caristes. Pour l’heure, les restrictions qui y seront appliquées ne sont pas encore connues, mais espérons que ces métropoles prennent l’exemple de Grenoble ou de Lyon en se focalisant en premier lieu sur les utilitaires légers et les poids lourds.

Pour l'instant, tout va bien...

Pour l'instant, les camping-caristes, à l'instar des automobilistes, sont plutôt épargnés. Comme nous l'avons vu, les restrictions de circulation concernant les véhicules du segment M1 (voitures particulières, mais également camping-cars y compris les poids lourds) n'ont cours qu'en Région parisienne. Mais il y a fort à parier que les autres métropoles y viennent également à moyen terme, comme c'est la volonté à Lyon, au nom d'une écologie qui, malheureusement, a oublié que le problème est bien plus profond et que le transport routier n'en est qu'une partie.

 

Vos commentaires