ZFE : la vidéoverbalisation, c’est pour demain

Nouveau cheval de bataille contre la pollution automobile, les Zones à Faibles Emissions ont décidément le vent en poupe. Jusqu’à présent, faire respecter les restrictions de circulation semblait difficile, mais le gouvernement a trouvé la solution…

Paris et sa proche banlieue, pardon, le Grand Paris, Marseille, Grenoble ou encore Lyon, les métropoles françaises sont très en verve concernant les ZFE, ces Zones à Faibles Emissions où des restrictions de circulation sont, ou seront, mises en place afin de préserver la qualité de l’air. Pour mémoire, il s’agit d’interdire l’accès à ces zones aux véhicules considérés les plus polluants et classés selon un système de vignettes.

 

Voici un état des lieux à ce jour.

 

- Paris (intérieur du périphérique)

Restrictions de circulation du lundi au vendredi de 8 h à 20 h (sauf poids lourds qui sont également interdits le week-end) pour les véhicules Crit’Air 4, 5 et non classés.

Pour l’heure, les véhicules Crit’Air 5 sont encore acceptés dans les bois de Boulogne et de Vincennes, ainsi que sur le boulevard périphérique.

 

- Métropole du Grand Paris (intérieur A86*)

Restrictions identiques à celles de Paris, mais les Crit’Air 4 encore autorisés jusqu’au 1er juin 2021.

*Une vingtaine de communes n’a pas encore officialisé leur appartenance à la ZFE (carte).

 

- Grenoble-Alpes Métropole (une vingtaine de communes, liste ici)

Restrictions concernant les utilitaires légers et poids lourds Crit’Air 4, 5 et non classés, 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24.

 

- Grand Lyon (Lyon, Caluire-&-Cuire ainsi que les parties de Villeurbanne, Bron et Vénissieux situées à l’intérieur du périphérique)

Restrictions concernant les utilitaires légers et poids lourds Crit’Air 3, 4, 5 et non classés, 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24.

 

Des contrôles problématiques

Mais impossible de déléguer suffisamment de représentants des forces de l’ordre pour contrôler le bon respect de ces injonctions et, s’il ne semble pas exister pas de statistiques du phénomène, il y a fort à parier que nombreux sont ceux qui prennent le risque (limité) de s’aventurer dans ces zones dont ils sont bannis. Mais la solution existe : c’est la vidéoverbalisation.

Souriez, vous êtes filmé

Le ministre délégué aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, a confirmé la nouvelle dans les colonnes du Parisien : la vidéoverbalisation des infractions aux règles des ZFE est bel et bien d’actualité et sa mise en place devrait se faire, au niveau national, d’ici à la fin de l’année. Un système de contrôle-sanction automatisé, sur le même principe que celui des radars automatiques, permettra donc d’envoyer aux contrevenants -y compris ceux qui n’auront juste pas apposé leur vignette Crit’air quand bien même la date d’immatriculation de leur auto leur autoriserait d’entrer dans la ZFE- leur amende, directement dans leur boîte aux lettres. Pour mémoire, le montant de l’amende forfaitaire est de 68 €, pouvant être majorée à 450 €.

 

>>> A relire : Loi climat : quelles conséquences pour les camping-caristes

>>> A relire : ZFE et Vignette Crit’Air : les camping-cars bientôt bannis ?

>>> A relire : : ZFE : les camping-cars interdits à Lyon dès 2026

>>> A relire : ZFE de Toulouse : le calendrier des restrictions de circulation

>>> A relire : ZFE : un projet de loi pour autoriser les véhicules de plus de 30 ans

Nous vous recommandons

Actualités

Vos commentaires